Retourner à la liste

Lorsque vous gérez un vignoble, vous ne vous limitez pas à produire du raisin.

Vous cultivez le produit final - le vin.

Produire un excellent vin consiste à bien réussir l’équilibre entre qualité et rendement.

Vous devez trouver l’équilibre optimal en fonction du produit final souhaité.

 

Produire un excellent vin

L’objectif dépend de si vous produisez du vin de table et du vin en vrac, du vin de qualité moyenne ou haut de gamme. L’irrigation goutte-à-goutte vous offre davantage de maîtrise pour atteindre l’équilibre rendement / qualité optimal, chaque année.

Le marché du vin compte 3 segments, 70 % de la production mondiale étant du vin de table et du vin en vrac :

• vin de table et vin en vrac : 1-4 € / bouteille ;

• vin de bonne qualité : 5-25 € / bouteille ;

• haut de gamme : >25 € / bouteille.

Dans la plupart des régions, l’objectif consiste à améliorer la qualité du vin selon un processus reproductible chaque saison. L’amélioration de la qualité du raisin vinicole peut être réalisée grâce à des techniques d’irrigation à déficit réduit (RDI), associées à la fertiirrigation, abordée plus loin dans cet article.

 

Démystification : L’irrigation réduirait la qualité du raisin

Dans certaines régions, il est historiquement considéré que l’irrigation du vignoble augmente les rendements et inversement réduit la qualité. Naturellement, si la culture est excessivement irriguée, vous obtiendrez de gros fruits à faible teneur en sucre. En revanche, de nombreuses recherches et le succès démontré des vins du « nouveau monde » où l’irrigation est une pratique standard, établissent que l’irrigation, lorsqu’elle est bien gérée, améliore en réalité la qualité du vin. L’irrigation assure à la vigne de recevoir suffisamment d’eau pendant les phases de bourgeonnement et de floraison, puis elle est réduite pendant la phase de mûrissement pour permettre aux vignes de développer des grappes plutôt que du feuillage. L’irrigation goutte-à-goutte, lorsqu’elle est associée à la fertiirrigation goutte-à-goutte, qui administre les nutriments directement aux racines de votre culture, peut vous permettre d’améliorer la qualité de vos raisins.

…Les viticulteurs et les vignerons ne doivent pas s’inquiéter ni avoir peur que l’irrigation goutte-à-goutte appliquée pendant la véraison et jusqu’aux vendanges dilue les arômes du fruit et impacte négativement la qualité du raisin… L’irrigation goutte-à-goutte en fin de saison peut éviter la déshydratation des baies, la perte potentielle de rendement et préserver la santé des vignes et les préparer pour l’hiver.

 

Réduisez l’impact défavorable des conditions climatiques sur votre culture.

La viticulture est extrêmement sensible aux changements de température et aux précipitations.

1. Par conséquent, envisagez les aspects suivants : dans de nombreuses régions viticoles, les températures augmentent alors que la pluviosité diminue. Par exemple, dans la région viticole des Côtes du Roussillon-Villages dans le sud de la France, les températures augmentent depuis le milieu des années 80 et vont continuer à augmenter selon les prévisions. En outre, les recherches ont démontré que les précipitations sont de plus en plus variables et plus faibles en été, de nouvelles périodes de sécheresse étant attendues.

2. Une seule année de stress hydrique impacte négativement plusieurs années de récoltes futures. Un stress hydrique excessif se traduit par le déclin du potentiel œnologique des raisins – moins de sucre, entraînant la diminution des arômes, de l’acidité et de la stabilité chromatique. Lorsque la réserve utile du sol de l’hiver et du printemps est épuisée sans qu’une irrigation complémentaire soit disponible, vous augmentez le risque d’avoir un vin de plus basse qualité. Les vignobles jeunes, qui nécessitent davantage d’eau, sont plus sensibles à l’imprévisibilité des conditions climatiques.

Si vous n’irriguez pas, vous laissez le hasard jouer sur la qualité et le rendement de votre vendange, les conditions climatiques partout dans le monde devenant généralement moins favorables et de plus en plus imprévisibles. Il en résulte des rendements irréguliers chaque année, dus à votre vulnérabilité face aux conditions climatiques. Dans les très mauvaises années, vous pouvez sérieusement endommager vos vignes pour l’avenir.

L’irrigation goutte-à-goutte vous assure une production plus régulière chaque année par opposition à la dépendance à une pluviosité imprévisible se traduisant par des résultats de production variables.

L’irrigation goutte-à-goutte peut constituer une technique efficace pour compenser un déficit hydrique croissant dans les vignobles méditerranéens... Le Syrah peut maintenir ses rendements pendant des périodes de 2 à 4 °C d’augmentation de la température moyenne, dans la mesure où les vignes sont irriguées. 

Selon les caractéristiques du vin que vous souhaitez obtenir, différents programmes d’irrigation sont nécessaires. Un programme d’irrigation associé à un programme de fertirrigation et à d’autres techniques de gestion de la culture déterminera votre équilibre entre rendement et qualité. Comme le tableau ci-dessus l’indique, même dans les régions traditionnellement sèches comme le sud de la France, lorsque les calculs pertinents d’ET (évapotranspiration) sont effectués en tenant compte de la pluviosité moyenne actuelle, l’irrigation est nécessaire pour obtenir les rendements optimaux.

 

Meilleure maîtrise

La production de grands vins exige un contrôle précis de l’eau et des nutriments.  L’irrigation goutte-à-goutte vous permet de maîtriser les deux.

• Eau. L’eau est contrôlée par l’intermédiaire des lignes d’irrigation goutte-à-goutte, basées sur un réseau hydraulique de haute qualité. Les bureaux d’étude des différents fabricants peuvent développer un système d’irrigation et hydraulique qui assure l’uniformité d’application de l’eau à chaque pied de votre vignoble.

• Nutriments. Contrôlez les nutriments via fertirrigation goutte-à-goutte. Il s’agit du processus par lequel le fertilisant est injecté directement dans le système d’irrigation et administré aux vignes dans le cadre du processus d’irrigation. Cette application permet d’admi­nistrer des taux de fertilisant précis et réduit le gaspillage. Les racines nourricières se développent sainement et sont situées près du goutteur pour une absorption maximale. La production d’excellent raisin exige un équilibre parfait entre macro-éléments, éléments nutritifs secondaires et oligo-éléments. L’irrigation goutte-à-goutte vous offre la meilleure maîtrise pour développer et mettre en œuvre le programme de fertirrigation adapté.

 

Irriguer pour rester concurrentiel : production de l’ancien monde par rapport au nouveau monde

L’Europe (production de « l’ancien monde ») représente 76 % de la zone de raisin vinicole totale. En revanche, seulement 10 % des vignobles sont irrigués. L’adoption de l’irrigation augmente rapidement pour faire face à la concurrente mondiale et en raison du changement climatique.

Hors Europe (production du « nouveau monde ») l’irrigation connait un développement rapide et provoque une concurrence croissante sur le marché. Dans le nouveau monde, les vignes sont irriguées à plus de 90 % ! Le dépassement du volume de production de « l’ancien monde » est prévu à échéance de 2030.

 

Irrigation à déficit régulé : atteindre l’équilibre qualité x quantité

La planification de l’irrigation pour les vignobles utilise une approche (et une formule) différente de la plupart des autres cultures. Si vous produisez du raisin de table ou de nombreuses autres cultures, un plus gros fruit = un plus haut rendement = un revenu supérieur. Par conséquent, l’objectif consiste à optimiser le rendement.

Formule standard pour calculer le besoin d’irrigation pour un rendement maximum : ETC= ET0 x Kc.

Pour la production de raisin de cuve, vous ne souhaitez pas un rendement maximum. Vous devez atteindre l’équilibre optimal entre qualité et rendement pour le marché que vous ciblez. Cet équilibre est réalisable par l’intermédiaire de l’irrigation à déficit réduit (RDI).

Pour ce faire, la formule d’irrigation du vignoble est la suivante : RDI = KS x KC x ET0

Ks : estimation de RSI nécessaire (changements à différents intervalles)

Kc : Coefficient de culture

ET0 : Évaporation + transpiration

Irrigation à déficit régulé : Le stress hydrique est provoqué intentionnellement pendant des phases de crois­sance spécifiques. Les vignobles nécessitent un niveau modéré de déficit hydrique. L’objectif consiste à maintenir une croissance végétative et un bon cumul de sucre.

 

Systèmes d’irrigation goutte-à-goutte recommandés

Il existe trois systèmes d’irrigation goutte-à-goutte que vous pouvez installer en fonction de vos besoins.

• Tube goutte-à-goutte suspendu sur un palissage.

Méthode d’irrigation la plus courante pour les vignobles.

Avantages. N’interfère pas avec les machines. Aspect.

Inconvénients. Installation plus onéreuse. Davantage de mauvaises herbes à proximité des vignes. Nécessité d’installer un « stop-goutte » afin que l’eau tombe directement sous le goutteur et ne s’écoule pas sur la longueur du tube.

• Gaine goutte-à-goutte en surface.

Solution économique pour l’irrigation goutte-à-goutte des pépinières viticoles.

Avantages. La plus facile et économique à installer. Installation annuelle.

Inconvénients. Interfère avec les machines. Davan­tage de mauvaises herbes à proximité des vignes.

• Tube goutte-à-goutte enterré sous la surface (SDI).

De nombreux pesticides et herbicides sont désormais interdits. Un système d’irrigation goutte-à-goutte en surface irrigue directement la zone racinaire et réduit l’humidité à la surface, diminuant les besoins de pesticides et herbicides.

Avantages. Application d’eau et de fertilisant la plus efficace. N’interfère pas avec les machines. L’eau n’étant pas appliquée à la surface, les mauvaises herbes sont moins nombreuses, ainsi que les maladies de la plante dues à l’humidité

Inconvénients. Système le plus onéreux à l’installation. Nécessite une surveillance et des programmes de maintenance rigoureux.

 

Tubes goutte-à-goutte recommandés

L’irrigation goutte-à-goutte assure l’uniformité tout au long des années de production grâce à une moindre dépendance à la pluviométrie. Toutefois, l’uniformité sur l’ensemble du champ est tout aussi importante. Vous devez éviter des applications irrégulières d’eau et de fertilisant, certaines vignes recevant trop de traitement et d’autres, trop peu. Pour une récolte de grande qualité, l’application doit être unifor­me sur toutes les vignes.

Le débit auto-régulé par compensation de pression (PC) permet d’atteindre cet objectif. Les tubes goutte-à-goutte PC contiennent des goutteurs dotés individuel­lement d’une membrane de régulation du débit. Cette membrane compense les changements de pression sur toute la ligne afin que tous les goutteurs émettent le même débit attendu à chaque pied. Comme indiqué dans le diagramme ci-dessous, sur une pente de cinq mètres, la pression augmente de 26 % vers le bas de la pente.

Sans tube goutte-à-goutte PC, les vignes dans la partie la plus basse de la pente recevraient 25 % plus d’eau et de nutriments que celles situées plus haut. Avec les tubes goutte-à-goutte PC, toutes les vignes reçoivent la même quantité d’eau, quelle que soit la pression.

La pente du terrain n’est pas seule en cause, la pression fluctue également entre les parcelles en raison du frottement du tube. Les tubes goutte-à-goutte sont indispensables dans les vignobles où la précision est essentielle.