Retourner à la liste

Nouvelle pelouse et nouvelle installation d’arrosage pour le Stade de Toulouse

stade de toulouse, Terrain d'honneur

Situé au cœur de Toulouse, à dix minutes de la place du Capitole, le Stadium jouit d’une place privilégiée sur l’Île du Ramier. Édifié en 1937 puis rénové à deux reprises, pour la Coupe du Monde 1998 puis pour l'EURO 2016, le Stadium a connu au fil du temps de nombreuses modifications, nécessaires pour accueillir des évènements sportifs nationaux et internationaux. Il recevra la coupe du monde de rugby l’année prochaine. Depuis 2015 et en plusieurs étapes, les pelouses et les systèmes d’arrosage des différents terrains que compte le stade ont été entièrement modernisés avec des technologies de haut niveau.

Lieu de rendez-vous footballistique, et de rencontres rugbystiques, le Stadium de Toulouse, surnommé aussi le petit Wembley, s’inscrit comme le plus beau et grand stade de toute la région Occitanie. Le stade reçoit les matchs de foot du TFC, mais aussi du stade toulousain (rugby).

Depuis 1937, le Toulouse Football Club a fait du Stadium son antre fétiche. Tous les acteurs sportifs, techniques et administratifs du club sont réunis à l'intérieur de ce lieu mythique. Les terrains d’entraînements du Centre Technique et le Centre de Formation, qui jouxtent le stade, forment un ensemble architectural permettant à l'ensemble des organes du club de travailler en communion.

Plus de 1 000 matches officiels ont été disputés par les Violets au Stadium. Et parmi ceux-là, certains ont acquis chez les supporters présents le statut de légendes ! Le mythique TFC/Naples en Coupe d’Europe, en 1986, qui vit Philippe Bergeroo et ses coéquipiers éliminer le champion du Monde Diego Maradona. Ou encore l'historique TFC/Liverpool disputé par Johan Elmander, Achille Emana & co, en 2007, dans le cadre du Tour préliminaire de la Champions League !

 

Un stade en train d’être entièrement modernisé

J’arrive au stade un matin gris et froid du début du mois d’avril, et j’y retrouve David Reynard et Céline Prigent, responsables prescription chez Rain Bird pour respectivement, la zone Sud-Ouest, et Sud-Est de la France.

Nous sommes reçus dans les bureaux du stadium par Stéphane Cazabat, responsable des pelouses sportives et espaces verts du stadium.

« Le Stadium de Toulouse, dont une partie des rénovations se sont terminées au cours de la saison 2015-2016, a fait peau neuve dans l'optique de recevoir l'organisation de l'EURO 2016 et de répondre ainsi aux mise aux normes UEFA » explique M. Cazabat.

Le terrain d’honneur a été entièrement rénové en 2015-2016. À la fin des travaux, la Ville rose a accueilli quatre rencontres de cette compétition continentale, dont un fameux huitième de finale (Belgique-Hongrie 4-0). De nouveaux sièges sont alors installés et les tribunes améliorées pour un meilleur accueil des spectateurs. Le rectangle vert, lui, a connu un décaissement avant d'être doté d'une technologie de haut niveau : une pelouse hybride innovante nommée « AirFibr », gazon hybride composé de fibres naturelles et synthétiques, facile d'entretien et très résistant. L’installation d’arrosage a été entièrement refaite.

Les travaux ont repris en 2019, avec la réfection complète de la plaine de jeux : deux terrains d’entraînement réservés aux professionnels, ont été créés avec la technologie AirFibr. L’un est terminé depuis juillet 2021, et l’autre est encore en travaux, et sera prêt au  1er juillet 2022. Ce dernier terrain, bordé d’une petite tribune de 300 places, sera aussi un terrain de match pour le centre de formation et la section féminine. Pour ces deux terrains, la pelouse et les installations d’arrosage ont été créées de toute pièce.

Enfin, nous apercevons de jeunes joueurs en train de s’entraîner sur un terrain (et demi) en terre sable. Ancien terrain des pros, le centre d’entraînement l’a récupéré comme terrain d’entraînement de la ligue 2. Pour ce terrain, seul le réseau d’arrosage a  été modifié : deux rampes d’arrosage ont été changées. Il est opérationnel depuis décembre 2021.

Le stade compte également 4 terrains synthétiques non arrosés.

 

Le terrain d’honneur : un arrosage et un entretien sur-mesure

Nous nous dirigeons vers le terrain d’honneur et entrons dans ce lieu spectaculaire, d’une beauté à couper le souffle.

Stéphane Cazabet nous explique en quoi ont consisté les travaux. Une pelouse hybride AirFibr a été installée sur des couches drainantes. Cette technologie est constituée d'un gazon totalement naturel, enraciné dans un substrat de synthèse breveté composé de granules de liège, de microfibres synthétiques et de sable fin. Le sable est le composant majoritaire du substrat. Les microfibres synthétiques renforcent l'enracinement du gazon. Les granules de liège absorbent les chocs et réduisent les risques de blessure des joueurs. Ces pelouses peuvent aussi bien être engazonnées par semis que par rouleaux de placage. Ici, ils ont été engazonnés par semis.

AirFibr est la 1ère technologie de pelouse sportive augmentée, conçue pour la sécurité et la performance des sportifs de haut niveau. « AirFibr restitue la puis­sance que les joueurs mettent sur les appuis » explique Stéphane Cazabat.

L’installation d’arrosage a été entiè­rement remplacée. 48 arro­seurs Rain Bird 8005 ont été implantés dans le sens de la longueur (rampes de trois avec les périphériques indépendants). « Avant, on était dans les sens de la largeur, mais le dernier arroseur arrosait à l’ombre » explique Stéphane Cazabat.

Les arroseurs de milieu de terrain ont été implantés à 1 centimètre en dessous de la surface du sol (ils semblent complètement enfoncés dans la pelouse), ce qui permet d’éviter que les joueurs ne percutent un arroseur et ne se blessent. Ces arroseurs sont homologués par la FFF.

L’installation est divisée en 12 secteurs (12 électrovannes) et pilotée par un programmateur Rain Bird

EXP-LXD. Les quatre terrains irrigués du stadium ont chacun leur programmateur, et  l’ensemble est relié à la gestion centralisée IQ de Rain Bird. M. Cazabat peut gérer les irrigations de son téléphone portable.

Il reprend « le week-end même lorsque l’arrosage est coupé, je peux réguler l’arrosage de chez moi sans avoir à me déplacer. Ceci a été décisif car en cas de changement de temps, il faut prendre des décisions très vite ».

« La gestion de l’arrosage et de la fertilisation du terrain d’honneur est du sur-mesure, au plus près des besoins de la plante » explique M. Cazabat « On fait du biberonnage ».

Des prélèvements foliaires sont réalisés tous les mois et envoyés à un laboratoire pour être analysés. Le laboratoire alerte alors sur les manques ou les excédents en fertilisants. Les intrants sont affinés à partir de ces analyses et des traitements préventifs sont effectués en période estivale pour anticiper les maladies.

Concernant les besoins en eau, en période estivale, un jardinier fait quotidiennement 30 points de relevé avec une sonde d’humidité portable et relève le taux d’humidité du sol. Le point de flétrissement de la pelouse se situe à 30 %. En-dessous, la pelouse est en déficit hydrique.

« Ainsi, les différentes parties du stade ne reçoivent pas forcément la même quantité d’eau. C’est un arrosage sur-mesure, extrêmement précis, quotidien » explique M. Cazabat.

Et il reprend, « les jours de match, l’arrosage est encore un peu plus pointu, et peut être réalisé à la demande des joueurs. Par exemple, le gardien de but du TCF aime bien quand il y a beaucoup d’eau devant son but ».

Grâce à cette nouvelle installation et à cette gestion quotidienne des intrants, le stade a réduit de 50 % sa consommation de fertilisants et divisé par deux sa facture d’eau. M. Cazabat reprend : « le sol est filtrant mais retient bien l’humidité ».

Huit personnes travaillent à plein temps sur le site. La ville de Toulouse est propriétaire de toutes les installations et tous les employés qui travaillent sur le stade sont des employés municipaux.

À l’irrigation et à la fertilisation s’ajoutent d’autres opérations d’entretien du stade : l’aération et la luminothérapie, la remise en état du terrain après les matchs, la tonte, la transition terrain de foot-terrain de rugby et inversement.

Chaque année, le terrain est scalpé. « On enlève tout le tapis végétal et on ressème » explique Stéphane Cazabat. Ils se sont équipés des machines nécessaires et les équipes du stade s’en chargent, ce qui permet de réaliser d’importantes économies.

 

La plaine de jeux arrosée avec l’eau de la Garonne

La plaine de jeux compte deux terrains d’entraînement pour professionnels flambant neufs en AirFibr également. Ces terrains comptent 128 arroseurs Rain Bird (majoritairement des 8005) et deux programmateurs ESP LXME reliés à la gestion centralisée IQ4 de Rain Bird.

Les deux terrains sont côte à côte et se trouvent à proximité de la Garonne.

L’eau est pompée dans le lit de la Garonne. Elle est propre, et n’a pas besoin d’être filtrée. « On a posé une pompe doseuse mais on ne s’en sert pas » reprend M. Cazabat.

L’eau est stockée dans une cuve enterrée de 100 m3. Quand on met en route l’arrosage, le programmateur pompe dans la cuve. Et quand le niveau de la cuve descend à 30% , elle se remplit automatiquement.

« Le terrain d’honneur et le terrain terre-sable sont arrosés avec de l’eau de ville car ils se trouvent trop loin de la Garonne » déplore M. Cazabat. « Les raccorder serait possible mais demanderait beaucoup de travaux ».

Enfin, les espaces verts du stade (3 hectares) sont également arrosés avec des brumisateurs. M. Cazabat envisage à terme d’installer des RWS (système d’arrosage des racines Rain Bird) pour irriguer les arbres et raccorder le tout à la gestion centralisée IQ4.