Retourner à la liste

Le retour des vacances est toujours un moment d’angoisse lorsque l’on possède des plantes sur son balcon ou sur sa terrasse... Dans quel état va-t-on les retrouver ? Ont-elles été brûlées par le soleil ? Ou au contraire, sont-elles noyées sous l’eau ? Pour vous éviter de mauvaises surprises à votre retour, pensez à les équiper

d’un système d’arrosage automatique… Il existe de multiples solutions pour vous permettre d’irriguer correctement vos plantes en votre absence.

Systèmes d’arrosage de vacances de balcon ou terrasse :  comment faire le bon choix ?

Avant d’acheter tout le matériel nécessaire pour alimenter en eau vos plantes pendant votre absence, prenez le temps d’analyser vos besoins… N’hésitez pas à faire un croquis de votre terrasse ou de votre balcon en y indiquant les plantes présentes, l’emplacement de l’arrivée d’eau, des prises électriques... Cela vous donnera une idée du type d’arrosage qu’il vous sera possible d’installer.

Le choix du système d’arrosage automatique à installer dépendra de plusieurs facteurs : durée de l’absence, nature des plantations, conditions climatiques de la région, alimentation de l’eau (possibilité de raccordement à un robinet ou à une réserve d’eau, débit, pression…), budget.

Les systèmes multi-pots (à raccorder à une réserve d’eau). Avec ces kits d'arrosage autonome, pas besoin de pompe pour puiser l’eau dans la réserve… Les cônes en céramique sont reliés entre eux par un tuyau souple qui assure la circulation de l'eau par gravitation grâce à une canne siphon plongée dans un récipient. La réserve d’eau doit être installée à environ 75 cm au-dessus des plantes à arroser.

 Les gels hydro-rétenteurs. Au contact de la terre, les fibres de cellulose qui composent ces gels hydro-retenteurs se désagrègent lentement et se transforment progressivement en eau, offrant jusqu’à 30 jours d’autonomie. Vous aurez le choix entre des sticks de gel à planter directement dans la terre et des sachets de grains d’eau à mélanger au terreau.

Les pots, cache-pots et jardinières avec réserve d’eau. Particulièrement adaptés aux plantes appréciant l’humidité, ces contenants sont dotés d'un double fond dans lequel se trouve une réserve d’eau d‘une autonomie pouvant atteindre jusqu’à 12 semaines. L'eau apportée lors du remplissage du pot est restituée à la plante par capillarité. La séparation avec la terre est réalisée au moyen d'une grille ou d’un plateau percée. Une jauge permet parfois d’estimer le niveau de l'eau dans la réserve. En cas de pluie, le surplus d'eau s'écoule par un trop-plein. Dans certains cas, il peut être nécessaire de mettre une couche de drainage au fond du pot.

Les systèmes de micro-irrigation (ou goutte-à-goutte). En diffusant l’eau directement au pied des plantes, la micro-irrigation permet d’apporter la juste quantité d’eau nécessaire au bon développement des végétaux, tout en limitant les pertes dans le sol, l’évaporation dans l’air et l’apparition des mauvaises herbes… De quoi économiser jusqu’à 50 % du volume d’eau par rapport à un arrosage traditionnel. Ces systèmes fonctionnant à basse pression, il peut être nécessaire de brancher à l’arrivée d’eau un réducteur de pression.

Les kits de goutte-goutte (à raccorder au robinet). Programmables et modulables au gré de ses besoins, les kits de goutte-à-goutte offrent la possibilité de former des réseaux de tuyaux  plus ou moins complexes sur lesquels on peut connecter différentes sortes de goutteurs (auto-régulants, réglables ou à débit fixe). Ils sont en général vendus avec tout le matériel nécessaire (centrale d’irrigation, tuyaux, raccords, goutteurs…) pour alimenter en eau environ 10 massifs ou arbustes, 10 plantes en pots ou 20 plantes de potager. 

Les arrosoirs automatiques (à raccorder à une réserve d’eau). Vous ne possédez pas d’arrivée d’eau sur votre balcon ou sur votre terrasse ? Pas de panique… Il existe désormais des systèmes auto­matiques de goutte-à-goutte (avec programmateur) dotés d’une pompe électrique permettant de capter l’eau dans un récipient (bidon, seau, poubelle ou même baignoire…). Généralement fournis avec envi­ron 25 goutteurs, 10 m de tuyau et 1 programmateur, ces arrosoirs automatiques sont vendus avec ou sans réserve d’eau.

Les tuyaux micro-poreux (ou suintant). Idéals pour arroser des plates-bandes de fleurs ou de jeunes plants, ces tuyaux souples en caoutchouc laissent suinter l’eau par leurs pores sur toute leur longueur. Faciles à installer, les tuyaux micro-poreux ou tuyaux suintants se branchent directement sur l’arrivée d’eau. Pensez à les nettoyer régulièrement car ils se bouchent facilement.

Les tuyaux à goutteurs intégrés (ou goutteurs en ligne). Il s’agit de gros tuyaux en PVC d’environ 13 mm de diamètre dans lesquels sont déjà intégrés des goutteurs installés à intervalles réguliers (30, 40 ou 50 cm selon les modèles). Ces tuyaux à goutteurs intégrés permettant ainsi  d’apporter l’eau directement au pied des plantes, sans mouiller le feuillage.

• Astuce : Recouvrez vos tuyaux sous une couche de paillage... En plus d’être plus esthétique, cela permet de limiter l’évaporation de l’eau.

Les accessoires

Les programmateurs. Fonctionnant à l’aide de piles, les programmateurs permettent de sélectionner la durée et parfois l’heure de démarrage et la fréquence d’arrosage. Généralement, ils sont dotés de programmes préétablis qui facilitent leur utilisation. Depuis peu, on trouve également des modèles fonctionnant à l’énergie solaire, même avec un faible ensoleillement. Vous aurez le choix entre des programmateurs à raccorder à l’arrivée d’eau (appelés « nez de robinet ») ou déportés (pilotage à distance).

• Astuce : Programmer votre système d’arrosage de manière à ce qu’il ne se mette pas en route aux heures les plus chaudes de la journée pour éviter les pertes dues à l’évaporation et que les gouttelettes d’eau ne brûlent les feuilles, par effet de loupe. De plus, humidité et chaleur sont favorables au développement de maladies et champignons.

Les sondes et pluviomètres électroniques. Ces deux outils de me­sure permettent d’indi­quer au programmateur auquel ils sont reliés quand stopper ou réduire le temps d’arrosage, notamment en cas de pluie…  Vous évitant ainsi de consommer inutile­ment de l’eau pendant votre absence ! 

Les récupérateurs d’eau de pluie. Raccor­dés à une pompe et à un kit d’arrosage auto­matique, les récupérateurs d’eau de pluie permettent d’alimen­ter en eau votre balcon ou terrasse - même en votre absence - sans gaspiller de l’eau potable.

Placées sous une gouttière, ces cuves hors-sol permettent de stoker entre 150 et 2000 litres d’eau de pluie sans risque qu’elle ne croupisse et tout en la protégeant des intempéries, du soleil et des débris (feuille mortes…). Il en existe de toutes les formes, de toutes les tailles et de tous les styles : bois, plastique, tonneau, en forme d’amphore ou imitant un mur de brique… Leur prix varie de 50 à 600 € selon la qualité et la matière.

Sachez également qu’il existe des cuves à enterrer (ou à placer en sous-sol) qui permettent de stoker jusqu’à 9 000 litres d’eau. Leur installation nécessite d’importants travaux et leur prix est relativement élevé (entre 1 000 et 6 000 €). Mais il est possible de bénéficier d‘un crédit d’impôt de 25 % à condition de faire poser le matériel par un professionnel.