Marseille ville pionnière dans la gestion des espaces verts

Dans le contexte de la ville intelligente et durable, Marseille s'équipe d’un dispositif d’arrosage dit « intelligent ». Ce dispositif est la réponse verte de la ville pour renforcer l’efficacité opérationnelle de ses services et offrir plus d’espaces verts de qualité à ses usagers.

Ce nouveau dispositif, issu de la volonté commune de direction des Parcs & jardins et de la DSI, se déploie pour une première phase sur le parc emblématique des plages de la Vieille Chapelle qui accueillera une partie des épreuves des JO 2024.

La ville s’est fixée les objectifs et les ambitions suivants :

• être en mesure de gérer « à distance » les ajustements de programmation d’arrosage ;

• arroser au plus juste pour assurer le dévelop­pement racinaire et la pérennité du végétal tout en faisant des économies d’eau ;

• cartographier le patrimoine hydraulique et végétal pour mieux le gérer ;

• détecter les fuites et les anomalies du réseau hydraulique au plus tôt.

Le périmètre du projet mené par la ville de Marseille est inédit en France, il couvre : l‘asservissement automatique de l’arrosage sur la réserve en eau, la cartographie du patrimoine, la détection des fuites et anomalies, le suivi de reprise d’arbre. Après avoir fait le tour des acteurs du marché, elle a choisi de lancer un marché d’expérimentation, pour enrichir son panel de solutions. La DSI de la ville a été très impliquée dès le début, pour aligner cette initiative avec les ambitions de ville intelligente.

C’est la société Greencityzen, innovante dans les solutions d’arrosage, qui a été retenue.

 

Un arrosage désormais piloté par les plantes, via des capteurs connectés

Jusqu’alors la ville avait déployé un système d’arrosage automatique filaire tel qu’il existe dans la plupart des espaces verts. Il est programmé au début de la saison et arrose selon un planning fixé à l’avance sans capacité d’autorégulation pour faire face aux aléas climatiques.

Le nouveau dispositif basé sur des technologie IoT (Internet des objets) capture les informations clés de l’environnement : mesure de la réserve en eau dispo­nible, de la pression dans les canalisations, des paramètres météo, du développement racinaire, de la consom­mation d’eau. Ces informations sont traitées par des algorithmes de façon à adapter quotidiennement l’arrosage.

Les électrovannes ne déclenchent l’arrosage que lorsque la réserve d’eau disponible pour les plantes est insuffisante. La stratégie d’arrosage peut également être adaptée pour lutter contre les épisodes de canicule et les épisodes de chaleur.

Tout ceci se traduit par des économies d’eau très significatives (60 %) et des réductions importantes des déplacements des agents sur le terrain, les opérations de surveillance ou de maintenance sont ainsi décarbonées.

 

Des outils plus efficaces au service du végétal et pour l’exploitation du réseau hydraulique

Pour être en mesure de gérer convenablement ces espaces verts, les agents étaient obligés de se déplacer très régulièrement pour surveiller les végétaux ou le réseau hydraulique : détection de fuite, asperseur cassé, … Malgré ces déplacements, il était impossible de détecter des fuites cachées, identifier des chutes de pression dommageables pour le végétal.

C’est bien la deuxième contribution majeure de la solution mise en place : être en mesure de superviser l’ensemble, en disposant d’alerte pour se rendre sur le bon site, au bon moment et avec les bons outils d’intervention.

 

Une démarche inscrite dans les enjeux de la ville intelligente et durable

Les enjeux de la DSI de Marseille sont la souveraineté et l'interopérabilité, c'est-à-dire avoir la pleine maîtrise des données collectées et des choix technologiques futurs.

La DSI de Marseille a d’emblée spécifié la mise en œuvre de technologies ouvertes et inter­opérables pour ce projet. Une solution IoT interopérable peut par exemple mettre à dispo­sition les données de consom­mation d’eau au système d ‘information de gestion des flux de la ville. Elle peut aussi permettre à la ville de changer de fournisseur de capteurs lors d’un renouvellement de marché.

 

L’exigence d’utiliser la technologie Lorawan standardisée sur toutes les couches de protocole s’est d’emblée imposée pour pouvoir répondre à ces enjeux.