Retourner à la liste

Gudar-Javalambre : Trufficulture en AGTech

La truffe est un champignon ectomycorhizien, hypogé et comestible qui vit en symbiose avec les racines de certaines espèces d’arbres et d’arbustes, comme le chêne vert et le chêne pédonculé, entre autres. En substance, l’arbre fournit au champignon les sucres nécessaires à son développement et à sa croissance, et en échange, la truffe aide les racines à mieux absorber et synthétiser les éléments minéraux.

Plus de 60 ans se sont écoulés depuis que la « chasse à la truffe » a connu un tournant inattendu, et par lequel elle est passée d'une activité à mi-chemin entre le hobby et la subsistance dans un environnement forestier de zones déprimées, à une activité plus que rentable, avec une incitation socio-économique appréciable, et un espoir pour certaines zones de la géographie espagnole, dont le dépeuplement avancé est venu de la main d'un succès réduit des secteurs agricoles et industriels.

Gudar-Javalambre, est l'une de ces régions espagnoles qui a bénéficié de cette « métamorphose culturelle » qui a transformé le moteur de son économie, laissant derrière elle un concept d'agriculture de subsistance, pour devenir l'épicentre de référence et d'inves­tissement dans la trufficulture au niveau national et européen.

Situé dans les contreforts de la cordillère ibérique, dans la province de Teruel, avec un environnement montagneux qui favorise l'oscillation thermique tout au long de l'année et donc les conditions pour le développement de la truffe d'hiver, Gudar-Javalambre a su utiliser sa condition climatique avec une saisonnalité marquée et des extrêmes rigoureux (hivers très froids et étés doux), des sols aérés à texture sablo-limoneuse, au pH légèrement alcalin (7,5 - 8,5) et ensoleillés, pour favoriser ce qui, en agriculture, était plus difficile..., l'exploitation rentable des champs par la culture intensive, celle de la truffe.

Comme troisième support, sa condition pluviométrique est également déterminante, ou du moins elle l'était, par le biais des 500 à 800 mm de précipitations annuelles, dont la truffe a besoin pour sa croissance et sa maturation. La disponibilité de l'eau, en revanche, est d'une importance capitale pour cette culture, surtout pendant l'été, où ses besoins jouent un rôle déterminant dans son développement.

 

La Tuber melanosporum, connue sous le nom de truffe noire d'hiver ou truffe du Périgord, est la plus utilisée en cuisine pour son excellence et son arôme pénétrant.

Elle représente environ 95 % de la production de truffes dans la région de Gudar-Javalambre et se trouve habituel­lement associée principalement aux chênes verts (Quercus ilex), bien qu'elle représente également un développement intéressant en association avec les chênes pédonculés (Quercus robur), les chênes portugais (Quercus faginea), les chênes kermès (Quercus coccifera), les noisetiers (Corylus avellana) et d'autres espèces arboricoles et arbustives.

Le reste de la production, en importance et en pourcentage plus faible, Tuber aestivum, également connue sous le nom de truffe noire d'été ou truffe de Saint-Jean, à l'arôme, à la saveur et à l'intensité plus doux que la précédente, et Tuber brumale connue sous le nom de truffe Machenca, de qualité et de taille inférieures aux précédentes ; toutes deux sont d'une valeur culinaire et économique inférieure à la première.

La demande croissante de truffe noire, bien supérieure à la capacité de production de truffes de n'importe quelle zone, a motivé l'apparition de pépinières de mycorhi­zation certifiée, en particulier dans les chênes verts (principales espèces destinées à cette culture dans la région), afin de satisfaire une forte demande pour la plante, ainsi qu'une demande destinée à l'exportation, ce qui constitue un autre chapitre de la transformation socio-économique de la zone. La création de centres de recherche et d'expérimentation sur la truffe représente un appui solide qui confirme la croissance, la solidité et l'avenir du secteur.

La culture de la truffe représente une technique « agroforestière » relativement nouvelle, donc il n’y a pas d’informations suffisamment détaillées concer­nant les avantages de la gestion et l'application de l'irrigation qui nous permet de planifier la profondeur d’application de l’eau tout au long de son cycle, ou du moins pas comme dans le cas d'autres cultures, où il y a une relation directe entre l'approvisionnement en eau et la production de la plante ; rappelez-vous que dans cette culture, les chênes sont nourris pour recueillir des champignons mycorhiziens dans leurs racines.

Pour cette raison, le concept d'application de l'irrigation a été donné de manière pseudo-empirique, au moyen de séquences d'irrigation, dans certains cas de

6-7 heures, avec une fréquence bimensuelle (entre

25-35 mm/irrigation), et où le critère principal est de pallier l'absence de précipitations, qui dans d'autres moments ont permis de couvrir certains besoins supposés encore à définir.

Il est clair qu'un arbre sain, bien nourri et avec une association mycorhizienne correcte, a un plus grand potentiel de production de truffes, donc, à défaut de pouvoir entrer dans les détails pour des raisons documentaires, c'est l'objectif à poursuivre dans les différentes conditions que chaque producteur peut avoir.

Par conséquent, la mise en œuvre de systèmes d'irrigation au cours des 25-30 dernières années a joué un rôle décisif, permettant de consolider la culture et d'augmenter considérablement les chiffres de production, car, compte tenu de la diminution des précipitations annuelles moyennes, les systèmes d'irrigation représentent un support essentiel dans toute truffière moderne.

Selon le témoignage d'Eladio Salvador Rendón, l'un des pionniers de la trufficulture moderne et l'un des plus expérimentés de la région, « pour la trufficulture, l'uniformité de la distribution des précipitations est très importante. Dans le passé, elles étaient plus cons­tantes et les étés n'étaient pas aussi chauds qu'aujourd'hui, de sorte que le champignon s'est développé de manière naturelle ; ces dernières années, il y a eu de longues périodes de sécheresse et, grâce à l'irrigation, nous pouvons fournir à la culture l'eau dont elle a besoin. Grâce aux progrès de la technologie d'irrigation, nous avons pu adapter les précipitations qui se produisaient naturellement aux besoins actuels en eau, garantissant ainsi une production très homogène.

Les besoins en eau de la culture sont liés à un degré d'humidité constant tout au long de l'année, même s'il est vrai que pendant les 3-4 mois d'été, l'apport de précipitations plus abondantes est fondamental pour obtenir la qualité.

 

Pour obtenir une production et une qualité uniformes, l'irrigation doit être constante, en définissant l'humidité de chaque type de sol afin de contrôler l'approvi­sionnement en eau de la culture ».

Sur la base de cette expérience, une irrigation bien conçue dans la trufficulture permet de garantir la survie des plantes au début et représente ensuite la base de la culture pour obtenir la taille et l'uniformité recherchées des truffes.

Pour cette raison, afin d'essayer de définir technique­ment les moments et les quantités d'eau à appliquer, il est nécessaire de doter le système d'irrigation d'une versatilité qui permet des change­ments substantiels en termes de surface humide de la « brûlure » (volume de sol avec des racines mycorhizées et avec un potentiel de production, dont la projection superficielle se manifeste habituellement par l'absence de végétation), au moyen de petites modifications de certains de ses éléments, comme le rotor à double étage qui est incorporé dans les micro-asperseurs Aquasmart 2002 et Aquamaster 2005 de NaanDan Jain.

Le double étage de ces émetteurs nous permet de dimensionner hydrauliquement le système dès le début de manière définitive, en localisant de manière concentrée l'application d'eau, au moment de plus grande fragilité de la plantule, et bien sûr avec une durée beaucoup plus courte des séquences d'irrigation. Lorsque l'extension du système racinaire donne de l'autonomie à la plante (plus ou moins à 2-3 ans de vie), le rotor du micro-asperseur sera modifié pour atteindre le rayon de mouillage définitif, favorisant ainsi encore plus l'extension horizontale de la racine.

D'autre part, la connaissance et le contrôle de certains paramètres de la « brûlure », permettent d'anticiper et d'optimiser les applications de la profondeur de l'eau, aux effets nutritifs du chêne vert, et au moyen d'actions préventives avec lesquelles amortir, par exemple, les températures nuisibles pour le développement et la croissance du champignon. À ce stade, l'application AGTech avec les capteurs Root Sense qui déterminent le potentiel hydrique et la température du sol, permet de prendre des décisions de manière complémentaire à la planification de l'irrigation, ce qui est une garantie de succès dans le suivi et le contrôle de l'évolution et des conditions de croissance.

À titre d'exemple, un réchauffement excessif du sol à la tombée de la nuit, en continu, en raison des températures élevées de l'air pendant la journée en été, favorise la diminu­tion de la production de truffes, en prenant de l'importance les actions de mesure et de contrôle en temps réel qui pourraient être dérivées, dans l'environ­nement de développement du champignon.

Dans ce sens, Root Sense fournit des données sur l'évolution de la température du sol, et par la configuration d'une alarme, permet une action immédiate pour réduire la température par l'utilisation de l'irrigation, étant capable de mesurer et de déterminer le point de potentiel hydrique adéquat dans le sol.

Il est évident que l'expérience et la sagesse du facteur humain, piliers indiscutables dans l'évolution de cette culture, ont contribué et continueront à le faire, au changement socio-économique et à la croissance du secteur, de la même manière que l'eau et le contrôle de l'irrigation, complètent respectivement le déclin naturel d'une précipitation et son interaction avec le sol, représentant tous une combinaison d'éléments, clé dans le développement efficace de la Trufficulture Moderne.

 

Remerciements. Nous remercions Eladio Salvador Rendón, trufficulteur et pépiniériste de la région de Gudar-Javalambre ; sa gentillesse et sa sagesse, qui nous ont permis d'approfondir dans la culture de la truffe, pour l'élaboration et la projection de cet article.