Retourner à la liste

Changement climatique, eau, agriculture - Quelles trajectoires d’ici 2050 ?

Selon un rapport, l’agro-écologie, la protection des sols et une irrigation de résilience permettront d’adapter l’agriculture d’ici à 2050.

 

La mission CGEDD-CGAAER relative aux relations entre l’eau et l’agriculture dans le contexte du changement climatique a rendu son rapport au ministère de l’Agriculture français le 17 décembre 2020.  Dans ce rapport, il apparaît que la réponse au changement climatique nécessite un changement de modèle agricole, plus économe en eau et protecteur des sols et, partout où cela est possible, la mission est favorable au renforcement de la ressource en eau pour l’irrigation, dans le respect du renouvellement de la ressource et du bon état des milieux.

Elle propose dans ce sens d’accélérer la transformation de l’agriculture via le déploiement de l’agroécologie et en faisant des sols le socle de la stratégie d’adaptation de cette dernière au changement climatique. Elle prône la transition vers une irrigation « de résilience », plus économe en eau et visant la stabilité des productions dans un contexte climatique fluctuant plutôt que leur maximisation.

Elle précise les conditions d’un renforcement acceptable de la ressource en eau pour l’agriculture, en privilégiant, notamment par des financements incitatifs et un accompagnement adapté, les retenues de substitution, les démarches de gestion collective de l’eau ou en développant les techniques innovantes de réutilisation des eaux usées traitées ou de recharge de nappes.

 La mission propose également de redynamiser la gestion territoriale de l’eau en renforçant l’efficacité des projets de territoire pour la gestion de l’eau (PTGE) et en élargissant les possibilités des collectivités d’assurer le portage de ces démarches et de la maîtrise d’ouvrage d’infrastructures liées à l’eau.

Elle souligne la nécessité d’une meilleure connexion de la recherche avec les agriculteurs innovants ainsi qu’avec les filières et celle d’un renouvellement du développement agricole pour réussir la massification de la transformation agricole. Elle conclut sur la nécessité d’un discours commun entre les ministères de l’agriculture et de l’environnement sur l’eau et l’agriculture, par le biais d’éléments de doctrine partagés qui doivent faire l’objet d’un suivi permanent et d’une communication volontariste en direction des acteurs de l’eau, agricoles ou non, comme des consommateurs.
 

https://agriculture.gouv.fr/changement-climatique-eau-agriculture-quelles-trajectoires-dici-2050