Retourner à la liste
Parmi les facteurs clés du succès de la production de petits fruits, la gestion de l'irrigation est primordiale.
Produits recommandés pour l'irrigation des baies cultivées sur sol en place :

Le marché des petits fruits, également appelés « baies », est en croissance constante et leur culture peut représenter une opportunité de revenu intéressante, à condition cependant que l’on adopte des techniques et des stratégies de production adéquates.

Les fraises, les framboises, les myrtilles, les groseilles noires et rouges, les mûres ou les groseilles à maquereau représentent la grande famille des petits fruits. D'origine, de morphologie et de goût différents, toutes ces baies optent pour des habitats aux caractéristiques assez semblables.

À l’état sauvage, ces petits fruits poussent dans des environnements forestiers en montagne. Les multiples utilisations possibles associées à leurs qualités nutritionnelles reconnues ont contribué au développe­ment de leur culture dans un environnement protégé et à leur distribution dans de nombreux magasins.

 

Des baies toute l’année !

La culture des baies sous serre exige une gestion particulièrement attentive et compétente car de nombreux facteurs peuvent impacter la production.

Parmi ceux-ci, on peut citer les aspects climatiques internes (température et humidité relative de l'air dans un environnement confiné, ventilation, rayonnement solaire et éclairage, santé des végétaux) et externes (température et humidité relative de l'air extérieur, rayonnement solaire, direction et intensité du vent), ainsi que leurs interactions. La culture des baies nécessite également une surveillance continue des besoins physiologiques des plantes au cours des différentes étapes de leur développement.

 

Le rôle clé de l'irrigation

Parmi les facteurs clés du succès de la production de petits fruits, la gestion de l'irrigation est primordiale. La fertigation (qui combine irrigation et fertilisation) permet de réguler le développement de la culture sous serre lorsqu'elle est cultivée sur substrat et plus encore lorsque la plante est cultivée en hors sol, avec l’utilisation de techniques telles que la culture hydroponique.

Dans les deux cas, l’installation de la fertigation doit apporter l’eau et les solutions nutritives de façon aussi homogène que possible et contrôler en temps réel la conductivité électrique (CE) et le pH. En fait, les baies préfèrent les solutions basiques avec une valeur de pH comprise entre 5,5 et 6,5 et une valeur de CE inférieure à 1,7.

En outre, ces cultures ont des besoins en eau peu importants mais constants tout au long de leur cycle de culture, en particulier après la transplantation et pendant la production de fruits, alors que les apports en matière organique et en éléments fertilisants doivent être soigneusement évalués sur la base de la fertilité du sol, du type de culture et de ses besoins. Il est donc évident que l’adoption d’un système d’irrigation performant, utilisant les technologies les plus récentes, peut réellement faire la différence, tant en termes de quantité que de qualité.

 

Idées pour la culture hors sol…

Pour satisfaire les besoins nécessaires à la culture des baies, plusieurs solutions ont été mises au point pour l'agriculture hors sol.

Cette technique nécessite différentes « recettes nutritives » en fonction des cultures et de leur stade phénologique. Une unité de fertilisation gérant jusqu’à 216 vannes, divisée en 64 blocs, peut injecter simultanément de 2 à 4 engrais tout en mesurant et en contrôlant, en temps réel, les doses apportées, en mode proportionnel, ou en fonction du pH et de la valeur de la CE de la solution.

Le premier objectif d’une installation de fertigation est de créer artificiellement une solution destinée aux plantes contenant tous les macro et micro-éléments nécessaires à un rendement maximal des cultures. Une unité de fertilisation peut distribuer jusqu'à 8 recettes différentes qui peuvent être combinées avec les différents secteurs d'irrigation et définir des durées d'irrigation de quelques minutes, ce qui est très utile pour l’agriculture hors sol où les cycles d'irrigation sont courts et fréquents.

Une fois que les valeurs du pH et de la CE et que les pourcentages relatifs de chacune des solutions de fertilisation souhaitées ont été définis, la machine, en fonction des informations détectées par les capteurs intégrés, ajuste en temps réel l'injection des solutions fertilisantes et régule l'acidité. De cette manière, on garantit , pendant tout le cycle d’irrigation, que les paramètres chimiques de l’eau correspondent bien aux paramètres définis par l’utilisateur. Il est également possible de contrôler à distance la solution avec des liaisons par câble, par radio ou via un service en ligne dédié.

L'unité de fertigation représente le « cerveau » des systèmes d'irrigation, tandis que le « muscle » est le système de distribution par capillaires qui, dans le cas des systèmes d'irrigation pour des cultures protégées, peut inclure un écoulement laminaire ou des goutteurs en dérivation.

Ce dernier groupe comprend des goutteurs en dérivation permettant des débits horaires compris entre 1,1 et 2,1 li­tres/h spécialement développés pour les cultures hors sol telles que les fraises ou les baies qui nécessitent un débit faible et une grande précision de répartition.

Ces goutteurs sont autorégulants et comportent un système anti-vidange qui empêche l’eau et la solution nutritive de s’écouler vers les plantes placées plus en aval. Ces goutteurs ont des débits horaires différents et, grâce à des raccords particuliers (raccords à sorties multiples) ils peuvent alimenter de 1 à 4 pots ou plantes. Pour faciliter l’installation, les goutteurs en dérivation sont fournis en kits préassemblés avec un piquet spécial et des tubings de différentes longueurs, en fonction des besoins, et de couleur blanche pour réduire la température de l’eau qui reste à l’intérieur entre deux cycles d’irrigation. 

 

…et pour la culture sur sol en place

Pour la culture sur sol en place a été développé le système d'irrigation goutte-à-goutte de type capillaire. Quoique simple, ce système nécessite une très grande précision dans sa conception et son installation. En fait, le débit de chaque capillaire est directement proportionnel à la pression, à sa longueur et à son diamètre interne.

Pour répondre aux besoins des cultures en pots, cultivées sur différents substrats, il existe une gamme de tubes capillaires différents en termes de diamètre interne (allant de 0,6 mm à 1,5 mm), d’espacements d'insertion entre un capillaire et l'autre (allant d'un minimum de 7 cm à un maximum de 999 cm) et de longueurs (de 40 à 94 cm).

De plus, il est possible de choisir la couleur du tube, noire ou grise, moins sujette à une élévation de température due au rayonnement solaire.

Autre solution pour la culture sur substrat : des rampes goutte-à-goutte  avec goutteur plat intégré. Si l’eau contient des quantités importantes de particules en suspension, il est conseillé d'utiliser des rampes avec une zone de filtration importante.

Les rampes, avec leurs faibles débits horaires (de 0,3 à 1,2 litre/h) et à leur espacement réduit entre les points de gouttage (de 7,5 à 40 cm) sont particulièrement bien adaptées pour l’irrigation des fraises et des baies dans les sols très sableux et en particulier lorsqu’il est nécessaire, lors de la transplantation, d'humidifier le système racinaire pour favoriser un enracinement rapide.

Au cours de cette phase, l’éventualité d’un stress hydri­que, même léger, pourrait compromettre irrémédiablement le rendement. Pour éviter ces inconvénients, il est conseillé d'irriguer quelques jours avant le repiquage pour favoriser, dans le nouveau substrat, un meilleur enracinement, plus rapide.

Grâce à l’utilisation des rampes, en plus de l’eau et de la solution nutritive, il est possible de distribuer de manière précise et au moment opportun les produits phyto­sanitaires nécessaires pour traiter le sol contre les insectes et les autres agents pathogènes du système racinaire.

La plupart des systèmes pour la culture des petits fruits sous serre, sont caractérisés par le recouvrement du substrat par un paillis, afin de réduire l'évapo­transpiration et le développement des mauvaises herbes. En plus des rampes goutte-à-goutte, placées sous le paillis, un deuxième système d'irrigation, utilisant des sprays ou des asperseurs, est installé pour climatiser l’air de la serre et réduire ainsi l'évapotranspiration.

Dans ce cas, il est conseillé d’utiliser des sprays, des asperseurs ou des brumiseurs si l’installation d’irrigation a pour objectifs d’augmenter l’humidité de l’air ou d’abaisser la température.