Retourner à la liste

Programmateurs connectés avec accès à distance « wifi »

 

Nous allons aujourd’hui parler des programmateurs et notamment des plus récentes avancées en matière de gestion à distance « intelligente » de la programmation.

Ces programmateurs peuvent utiliser deux sources d’énergie :

• le 9 volts courant continu provenant d’une pile ou d’une batterie rechargeable,

• le 220 volts courant alternatif provenant du réseau de distribution d’électricité.

Les programmateurs avec courant continu étant limités en nombre de stations (électrovannes) et en puissance, nous aborderons essentiellement les programmateurs avec courant alternatif 220 volts qui permettent de raccorder jusqu’à 36 stations. Cependant, le principe de fonctionnement et les avantages principaux de cette nouvelle technique sont les mêmes quelles que soient les alimentations électriques.

 

Principe général de cette technique « wifi » 

Depuis l’apparition des smartphones en 2007/2008 il y a une petite dizaine d’années, la gestion des informations s’est accélérée. En effet, ces outils formidables raccor­dés sur internet grâce à leur modem inté­gré permettent à tout moment et quasiment en tout endroit d’accéder aux informations en temps réel sur le web. Les principaux fabricants de programmateurs d’arrosage ont compris l’intérêt de cette avancée technologique et le formidable engouement du public pour ces outils.

Il y a environ 5 ans, les premiers programmateurs d’arrosage connectés sur internet (par l’intermédiaire d’une boxe) sont apparus.

 

Fonctionnement 

Le programmateur équipé de son interface wifi va vous permettre facilement d’accéder à distance à toutes les informations nécessaires.

Les principales étapes de mise en route sont les suivantes :

• fixation du programmateur contre le mur du local technique ;

• selon le modèle (intérieur ou extérieur) raccordez le 220 volts directement au bornier du programmateur (entrée du transformateur 220/24 volts) ou bien raccordez la sortie du transformateur (24 volts) sur les bornes prévues à cette effet (bornes généralement de couleur jaune) et brancher le transformateur sur une prise 220 volts ;

• raccordez les différents câbles d’électrovannes sur le bornier prévu à cet effet (pour rappel, chaque électrovanne a besoin de deux fils : un commun plus un fil « d’impulsion ») ;

• raccordez le compteur d’eau à tête émettrice (acces­soire conseillé pour optimiser la gestion de l’eau et la surveillance des débits) sur le bornier prévu à cet usage ;

• raccordez la sonde de pluie (ou autre contact sec) sur le bornier prévu à cet effet. Cette sonde de pluie permettra de couper l’irrigation en cas de pluie très localisée dans la zone où le programmateur est installé ;

• lorsque les opérations basiques ci-dessus sont réalisées, vous pouvez continuer en mettant sous tension le programmateur ;

• à la première mise sous tension, un assistant de configuration va se lancer et rechercher les réseaux wifi à proximité. Sélectionnez le réseau qui appartient au propriétaire de l’installation. Entrez le mot de passe de connexion ;

• après quelques secondes, le programmateur va être connecté au réseau en question. Il sera alors accessible depuis le « web » ;

• lorsque vous avez terminé les opérations ci-dessus, vous devez télécharger l’application correspondante. Selon les fabricants et selon les options offertes par l’application, celle-ci peut être gratuite ou payante. En général une application de base est gratuite, si on a besoin de plus de fonctionnalités (nombre d’utilisateurs, nombre de stations météorologiques connectées…) on peut avoir à payer un abonnement annuel pour bénéficier des services correspondants aux besoins de l’utilisateur(s) ;

• à partir de l’application, on va « créer » un ou plusieurs programmateurs. Chaque programmateur sera carac­térisé par : son nom, le nombre de station, sa situation géographique (code postal), les sondes raccordées… Mais surtout, le programmateur va être identifié grâce à son adresse IP unique (plusieurs chiffres et lettres qui sont la carte d’identité du programmateur) ;

• pour chaque programmateur, on va pouvoir paramétrer un ou plusieurs programmes d’arrosage ;

• certaines applications permettent d’accéder gratuitement aux données météorologiques fournies par des stations météorologiques existantes et du domaine public (en particulier stations d’aéroport). Ces précieuses informations vont permettre de gérer automatiquement les temps d’arrosage en fonction des prévisions et données météos.

 

Avantages

Ces nouvelles techniques offrent de nombreux avantages et ringardisent les systèmes traditionnels de program­ma­tion de l’arrosage automatique. En particulier :

• programmation, modification et vérification aisées depuis son canapé ;

• retour d’information (alertes sondes, fuites d’eau…) en temps réel sur son smartphone ;

• pour un coût modique, incrémentation des arrosages à partir de « vraies » données météorologiques locales = économies d’eau importantes (de l’ordre de 30 % à 50 %) ;

• pour les installateurs, gain de temps et d’argent en évitant les déplacements superflus et chronophages.

 

Conclusion : nous sommes aujourd’hui au début du développement de cette technique. On peut s’attendre dans les prochaines années à une explosion de ce segment de marché de la programmation des arrosages, d’autant que les prix du matériel sont à peine supérieurs à des programmateurs lus « classiques ».