Retourner à la liste

La culture du thé en Tanzanie

 

L’irrigation par aspersion – où l’eau est distribuée dans l’air sous forme de gouttes sur une surface circulaire - est, en Tanzanie,  la méthode d’irrigation traditionnellement utilisée dans les exploitations cultivant le thé. 19% environ des surfaces totales plantées en thé de Tanzanie sont irriguées par aspersion sur frondaison alors que la production de ce qui reste dépend entièrement de la pluie.

En Tanzanie, le thé (Camellia sinensis L.) arrive en cinquième position parmi les cultures les plus exportées, fournissant un revenu de commerce extérieur de plus de 30 millions de dollars US. La surface totale pour la culture du thé est de 23 000 ha dont plus de la moitié appartient à de grandes exploitations situées dans les Southern Highlands (districts de Mufindi, Njombe et Tukuyu).

La plupart des installations sont constituées par une station de pompage permanente, une canalisation principale, des porte-rampes déplaçables, des rampes, des cannes supports et des asperseurs.

Une mauvaise conception des installations, des espacements entre asperseurs trop important, des irrigations avec une vitesse de vent excessive conduisent à une mauvaise uniformité d’apport avec un coefficient d’uniformité de Christiansen (CU) variant de 31 à 72 %.

Depuis le début des années 90, l’accroissement de la pression sur la ressource, et des disponibilités en eau d’irrigation limitées, ont entravé le développement des domaines de production de thé dans certaines parties d’Afrique de l’Est et d’Afrique Centrale. D’où des recherches appliquées sur des méthodes d’irrigation potentiellement plus efficaces comme le goutte-à-goutte qui est d’un grand intérêt pour de nombreux agriculteurs cultivant le thé et les collectivités locales car cela peut permettre de sécuriser l’emploi et d’augmenter les rendements en thé et les profits.

L’Institut de Recherche sur le thé de Tanzanie (TRIT) a conseillé au gouvernement de promouvoir l’utilisation de l’irrigation localisée sur toutes les surfaces où pousse le thé afin d’accroître la production de cette culture.

S’exprimant récemment au cours d’une interview téléphonique accordée au Guardian à partir de la ville de Mufindi, le docteur Emmanuel Simbua, directeur du TRIT affirme que cette technologie devrait aider les agriculteurs à réduire leur coût en eau d’irrigation tout en leur permettant de produire plus de thé.

Il note que, par rapport à l’irrigation traditionnelle du thé par aspersion, utilisée auparavant, le goutte-à-goutte permet aux agriculteurs de doubler la production de feuilles vertes. Cela permet également une meilleure utilisation de l’eau et de s’adapter au changement climatique et à une faible pluviométrie. Comparée aux méthodes d’irrigation par aspersion ou gravitaires, l’irrigation goutte-à-goutte atteint une efficience de 90 à 95 %.

« Par rapport à l’irrigation traditionnelle du thé par aspersion, utilisée auparavant, le goutte-à-goutte permet aux agriculteurs de doubler la production de feuilles vertes »

Netafim a entrepris une série d’essais depuis 10 ans, en coopération  avec le TRIT et travaille aussi à promouvoir le DripKits chez les petits producteurs de thé avec la mise en place de  parcelles de démons­tration. En parallèle, Netafim envisage l’installation d’un essai très important sur l’irrigation fertilisante pour améliorer l’efficience des apports d’eau et de fertilisants par un système d’irrigation goutte-à-goutte. Cet essai sera mis en place en 2014. Ces tests montrent qu’avec les technologies habituellement mises en œuvre, à la différence de l’irrigation localisée, une partie de l’eau n’est pas directement utilisée par les racines de la culture.

De plus, cette technologie donne une excellente uniformité d’apport, même lorsque la pression varie à cause d’un terrain vallonné ou de grandes longueurs de rampe, ou que les zones plantées sont de forme irrégulière.

L’irrigation goutte-à-goutte, une forme de l’irrigation localisée ou de la micro-irrigation, avec un apport direct de l’eau et des fertilisants dans la zone racinaire de la plante à des intervalles fréquents, un débit faible et des pressions de fonctionnement peu élevées, permet une excellente homogénéité d’apport et de répartition. La fourniture de données sur les rendements et les aspects économiques de son utilisation commerciale sur le C. sinensis seraient utiles pour les responsables d’exploitations, les organismes de recherche et les fabricants d’équipement pour décider des investissements futurs.

Afin d’évaluer les possibilités de mieux utiliser l’eau, une première installation d’irrigation goutte-à-goutte a été installée en 2000 en Tanzanie au domaine de Kibena Tea Limited dans les Southern Higlands

Le but était de mesurer et de calculer l’uniformité et l’efficience d’une installation d’irrigation goutte-à-goutte par rapport à l’irrigation par aspersion afin de déterminer les besoins en eau et en fertilisants dans cette exploitation et mettre en évidence les avantages et les problèmes liés à l’irrigation goutte-à-goutte.

Les autres objectifs étaient de fournir des recommandations pour améliorer la gestion du système, évaluer l’aspect économique de l’irrigation goutte-à-goutte et de l’aspersion sur frondaison et estimer la marge brute atteinte avec le goutte-à-goutte en relation avec le prix du thé, les rendements et le taux de fertilisation.

 

Kibena Tea Limited : Détails de l’exploitation

Situation géographique : Kibena Tea limited (9° 12’S, altitude 1 860 m) est situé en Tanzanie dans les Southern Higland à 15 km au Nord de la ville du district de Njombe.

Irrigation goutte-à-goutte 55 ha – Irrigation par aspersion sur frondaison 635 ha.

Variété de la culture : clone 6/8.

Irrigation goutte-à-goutte : en fonctionnement en juillet 2000.

Fertilisation.

Climat : sub-humide avec des hivers secs (6 %) / évapotranspiration de référence de la culture 1 086,98 mm/an / température maximale de 17.4 à 25,8 °C / température minimale de 10° à 15,7 °C / déficit en pression de vapeur 0,66 à 1,73 kPa / vitesse du vent de 13 à 179 km/jour / durée du jour de 11,33 à 11,38 heures / radiations solaires 12,7 à 19 MJm²/jour / pluie effective 724 mm / ruissellement 186 mm/an / index d’aridité 0,94 / index d’humidité.

• Propriétés physiques du sol : texture ; sol profond limono argileux à réaction très acide (pH = 4,4 à 5,5) / taux d’infiltration 132 mm/h et densité apparente 1,6 g/cm3 /  niveau hydrostatique : 6 m.

• Ressource en eau : réservoir/lac.

Source d’énergie : pompe électrique Caprari.

 

Solutions agronomiques : ce qui a été fait

Système d’irrigation goutte-à-goutte : il se compose d’une unité de pompage, d’une canalisation principale, d’une station de tête avec filtration et injection de fertilisants, de canalisations secondaires, de vannes, de porte-rampes en tête de chaque bloc d’irrigation et de rampes. Les rampes, avec goutteurs intégrés RAM (diamètre intérieur 16,7 mm), sont disposées avec un écartement entre rampes de 1,2 m à 2,4 m. Elles alimentent une ou deux rangées de théiers. L’espacement entre les goutteurs est de 0,6 à 0,75 m.

Aujourd’hui, Netafim utilise des goutteurs plus récents, Uniram et Dripnet PC ainsi qu’un nouvel injecteur d’engrais, le Fertikit.

• Installation du système goutte-à-goutte en 2000.      

Agronomie et supports techniques : besoin en eau de la plante et pilotage des irrigations (doses et fréquences des apports, prise en compte de la qualité de l’eau, mesure de l’eau apportée), conduite de la fertilisation (analyses de l’eau et du sol, estimation des apports en nutriments, sélection des engrais et compatibilité, apport effectué via le système d’irrigation goutte-à-goutte, analyse foliaire pour les déficits en nutriments etc.). Fonctionnement de l’installation (contrôle de la pression et maintenance, fonctionnement des vannes, mesure des quantités d’eau apportées) et maintenance (nettoyage des filtres, cuves de fertilisation, traitement par l’acide, chloration etc.).

Formation et renforcement des compétences : relations entre le sol, l’eau et la plante, principes de l’irrigation goutte-à-goutte et de la fertilisation, limitations et intérêts, qualité de l’eau et utilisation des herbicides.

 

Résultats

• Améliorations apportées au rendement en thé :

- Théiers âgés de trois ans : le goutte-à-goutte de surface augmente les rendements de 13,7 % à 25,4 % par rapport à ceux obtenus avec une irrigation conventionnelle par aspersion sur frondaison.

- Théiers âgés de quatre ans : le goutte-à-goutte de surface augmente les rendements de 66,1 % à 47,9 % par rapport à ceux obtenus avec une irrigation conventionnelle par aspersion sur frondaison.

- Théiers âgés de cinq ans : le goutte-à-goutte de surface augmente les rendements de 52,1 % par rapport à ceux obtenus avec une irrigation conventionnelle par aspersion sur frondaison.

Besoins en eau des théiers âgés de trois ans : aspersion sur frondaison 4 985 m3/ha et irrigation goutte-à-goutte 3 569 m3/ha.

Eau économisée par le goutte-à-goutte par rapport à l’aspersion : 1 416 m3/ha/an (28,4 %).

Surface supplémentaire irriguée par l’eau écono­misée : 0,397 ha.

Uniformité d’irrigation : le CU varie entre 90 et 95 %.

Efficience des apports d’irrigation : entre 86,6 et 98,3 %.

• Adéquation de l’irrigation : supérieure à 95 %.

• Économie d’énergie : l’irrigation goutte-à-goutte permet d’économiser 15,7 % d’énergie par rapport à l’irrigation par aspersion sur frondaison.

Économie de travail : par rapport à l’irrigation par aspersion sur frondaison, l’irrigation goutte-à-goutte permet une économie de 47,7 %.

Indices économiques : revenus nets plus élevés avec l’irrigation goutte-à-goutte.

• Autres avantages :

- flexibilité dans la gestion : le goutte-à-goutte permet d’effectuer d’autres travaux sur les parcelles comme, la récolte, le pincement, le sarclage etc. pendant que s’effectue l’irrigation,

- meilleure utilisation des engrais,

- développement moindre des mauvaises herbes,

- arrosage plus uniforme du thé sur des terrains vallonnés.

 

Impact

L’irrigation goutte-à-goutte du thé en Tanzanie est une technologie réalisable économiquement et viable technologiquement. Tout en préservant les ressources en eaux limitées, utilisées pour le thé, il est possible de développer cette culture sur de plus grandes surfaces. Le goutte-à goutte permet une productivité plus importante, soutient le marché des changes et augmente les revenus des exploitations et des agriculteurs. Les exploitations cultivant le thé sont prêtes à développer l’irrigation goutte-à-goutte sur les surfaces de thé restantes. Les meilleures pratiques de gestion du thé : Irrigation goutte-à-goutte avec gestion de l’irrigation fertilisante.