Retourner à la liste

 

Les arrosages par aspersion (tuyères, mini arroseurs rotatifs ou arroseurs) des plateformes de tramway et de leurs abords ont plusieurs objectifs et présentent de nombreuses contraintes.  Nous allons développer cette problématique qui se pose dans de nombreux projets en cours ou futurs. Nous prendrons ensuite l’exemple du chantier en cours de finition pour sa première tranche sur le Sud-Est de la France : le tramway de la Communauté d’agglomération du Grand Avignon.

Principaux Objectifs

• Créer une coulée verte dans l’environnement urbain essentiellement minéral pour accompagner et « cicatriser » la réalisation des travaux de terrassement et de génie civil nécessaires pour cette infrastructure lourde de transport en commun propre et écologique.

• Améliorer l’esthétique et le confort des utilisateurs de la cité : piétons, cyclistes, automobilistes et bien sûr usagers des transports en commun.

• Profiter du passage du tramway pour « requalifier » et moderniser les avenues. Éclairage, mobilier urbain, voiries, espaces verts refaits à neuf.

• Créer une oasis verte dans la ville qui va permettre la baisse de la température maximale en période estivale et de canicule notamment.

• Améliorer avec le gazon tondu régulièrement la propreté et l’hygiène de la zone concernée, en particulier dans les centres urbains où les passants ne sont pas toujours d’une propreté et d’un civisme exemplaires.

 

Contraintes spécifiques à ce type d’installations

• L’espace disponible pour l’installation des systèmes d’arrosage est faible et confiné, en particulier sur dalle où la profondeur de terre est très faible. Dans ce cas de figure, la profondeur utile est de l’ordre de 20/23 cm.

• Le programme d’arrosage doit être très court du fait des contraintes d’exploitation. Ex. : on ne peut arroser que de 1 heure à 6 heures du matin lorsque le tramway est à l’arrêt. Soit seulement 5 heures de durée totale du programme d’arrosage. En règle générale, pour une installation d’arrosage d’espaces verts « classiques », on dispose de minimum 8 à 10 heures d’arrosage pour une nuit complète.

• Pour éviter tout problème de vandalisme ou de casse de matériel, les appareils d’arrosage doivent être installés avec la plus grande discrétion. En effet, ces installations sont souvent dans des espaces « ouverts » et dans l’hyper centre des agglomérations très fréquenté, y compris la nuit.

• Du fait des contraintes de la construction (en particulier sur dalle) la profondeur de terre/ matériau est très faible. La réserve en eau est donc minime et les arrosages doivent être quotidiens en période sèche. Parfois, on doit même recourir à des fractionnements de l’arrosage pour optimiser l’utilisation de l’eau et éviter toute déperdition par flacage ou ruissellement. En outre, l’environnement (béton, dalle, minéral…) provoque un « stockage » de la chaleur le jour et la restitue la nuit, augmentant encore l’évaporation.

• La maintenance est difficile et contraignante du fait des accès (possibles essentiellement de nuit) aux regards, aux chambres de tirage ainsi qu’à l’appa­reillage (électrovannes, arroseurs…).

• Il est quasiment indis­pensable de s’équiper d’une ges­tion à distance de la programmation afin de faciliter la maintenance et les réactions rapides en cas d’alertes (problèmes de débit ou de fuite d’eau notamment).

 

Solutions

• L’utilisation de tuyères de faible émergence (Pro Spray 03 de 7,5 cm de hauteur de Hunter Industries par exemple) est souvent la seule solu­tion pour pouvoir enterrer la tuyère et son raccord dans la pro­fondeur de terre dis­ponible (de l’ordre de 20/23 cm).

• Selon les portées nécessaires, l’utilisation des buses rotatives grande portée (MP Rotator 3000 ou 3500 par exemple) est la seule solution pour pouvoir aller jusqu’à des écartements de 8 ou 10 m. Cet espace­ment correspond à la largeur moyenne des bandes vertes à irriguer le long des voies du tramway.

• Compte tenu des grandes longueurs des réseaux d’arrosage, les programmateurs à décodeurs sont la solution idéale pour permettre de réaliser les commandes d’électrovannes parfois éloignées de plusieurs kilomètres. Ceci facilite la mise en œuvre par l’entreprise et permet d’abaisser les coûts de câble de cuivre qui sont de plus en plus onéreux.

• L’utilisation de compteurs d’eau à retour d’infor­mation permet deux fonctions essentielles. Premiè­rement, le contrôle du débit en temps réel qui provoque une réaction automatique du système et informe en temps réel le responsable en cas de fuite d’eau. Deuxièmement, cette option offre des informations très précises sur le cumul des volumes d’eau utilisés qui permettent une gestion efficace de la ressource en eau sur la durée de l’exploitation.

• La mise en œuvre de systèmes de régulation de pression au niveau des électrovannes et/ou au niveau des arroseurs ou tuyères permet une gran­de uniformité de pres­sion, donc de résultat, entre des appareils dispatchés dans de grands secteurs. Les débits et portées sont exactement identiques, quelle que soit la position de l’appareil d’aspersion dans la cité.

• L’installation d’un système de gestion centralisée informatique de l’arrosage permet l’optimisation des programmes d’arrosage, ainsi qu’un gain de temps important pour toute opé­ration. Une grande partie des interventions sur site peut ainsi être remplacée par de la télégestion, procurant un gain de temps et de main d’œuvre très important.

 

 

Exemple de chantier en cours sur la communauté du Grand Avignon et la Ville d’Avignon

Pour remplacer les lignes de tramway initiales (fermées en 1932 !) et permettre un déplacement plus vertueux des populations, la Communauté du Grand Avignon a décidé la mise en place d’un tramway et de lignes de bus à haut niveau de service. Après plusieurs années d’études et de travaux préliminaires, l’avancement des travaux est actuellement important. En effet, l’ouverture de la première ligne d’une longueur de l’ordre de 8,4 kilomètres, est prévue pour milieu 2019. Peut être avant le Festival d’Avignon qui se déroule comme chacun le sait les trois premières semaines de chaque mois de juillet.

Maîtres d’ouvrages : Communauté du Grand Avignon, TECELYS du Grand Avignon

Maître d’œuvre : ILEX Paysages et Urbanismes

Entreprises : Pépinières Environnement Commerciali­sation Pernes/ Avignon et son sous-traitant Provence Languedoc Environnement Pernes

Les principales caractéristiques de l’arrosage en cours de création sont détaillées ci-dessous. Les installations d’arrosage (alimentation en eau, réseaux, électro­vannes, systèmes de programmation et appareils) ont dû être séparées et individualisées en fonction du futur exploitant de chaque zone :

• partie plateforme (maître d’ouvrage : Communauté d’agglomération du Grand Avignon) :

- 4 forages dans la nappe Rhône/Durance de 30 m3/h chacun ;

- 4 filtres autonettoyants de débits équivalents ;

- 4 programmateurs à décodeur et gestion à distance ACC99D ;

- 40 électrovannes 1 pouce ½ PGV ;

- 1 500 tuyères ProSpray 03 ou 04 ;

- 1 500 MP Rotator de différentes portées ;

- 30 arroseurs PGPs Ultra pour les zones les plus larges, en particulier près du centre de main­tenance.

• Partie abords, notam­ment au pied des rem­parts (maître d’ouvrage Communauté d’agglo­mération du Grand Avignon et futur gestion­naire Ville d’Avignon) :

- 8 électrovannes 1 pouce ½ PGV ;

- 8 programmateurs auto­nomes à pile NODE ;

- 300 tuyères Pro Spray ;

- 300 MP Rotator.

 

Visite du chantier le 26 octobre 2018. Les entreprises ont commencé le placage du gazon fin septembre. Les principaux réseaux de canalisations primaires et secondaires, ainsi que les électrovannes, étaient déjà en place. La pose des tuyères et des MP Rotator s’est faite à l’avancement du placage de gazon. Les besoins en eau très importants en cette période (en septembre, les températures sur la région ont régulièrement dépassé les 30°) ont pu être amenés par 4 arrosages quotidiens de durée variable selon les zones et l’avancement de la saison.

Le choix de l’entreprise a été de « bassiner » les zones pour s’assurer de la reprise du gazon plaqué compte tenu des très grosses chaleurs.

Les deux tiers du chantier sont, lors de notre visite, déjà en place. Les commentaires sont élogieux de toutes parts : passants, maître d’ouvrage, maître d’œuvre… la coulée verte au pied des remparts historiques de la ville met parfaitement en valeur cette enceinte classée au patrimoine mondial.

Les techniciens de l’entreprise ont particulièrement apprécié la facilité d’utilisation et la rusticité du matériel installé. L’arrosage particulièrement efficace a permis la reprise du gazon malgré les très fortes chaleurs de septembre et de début octobre. Sur certaines zones, les premières tontes ont déjà été effectuées.

Cet hiver sera mis en place un système de gestion centralisée de l’arrosage (Hunter IMMS) qui permettra d’augmenter encore la facilité de gestion et les retours d’informations depuis le terrain. Des compteurs d’eau ont été installés sur chaque forage et seront reliés au système de gestion informatique.