Retourner à la liste

Pivot : l’Ere de l’Informatique

Le GPS permet le guidage automatique des tracteurs agricoles et des systèmes d’irrigation par pivot.

 

L’agriculture de précision est une technologie qui a retenu l’attention des industriels, des chercheurs et des agriculteurs. Elle consiste à apporter les éléments en quantité précise (semences, engrais, pesticides et eau), au bon moment et au bon endroit dans le champ.

L’amé­lioration de la qualité de la gestion par cette technologie dépend de la mise en œuvre de nombreux outils nou­veaux.

Le Geo Positionne­ment par Satellite (GPS), le Système d’Information Géo­gra­phique (GIS), les capteurs de rende­ment, les matériels permettant de varier la densité de semis et la dose d’engrais sont des exemples des tech­nologies actuel­lement disponibles. Ces outils ont fait passer la production agricole dans l’ère de l’informatique.

L’utilisation du GPS et de capteurs de rendement sur les machines de récolte fournit des informations permettant d’établir des cartes du champ traitées ensuite par le GIS. Le GPS permet le guidage automatique des tracteurs agricoles et des systèmes d’irrigation par pivot.

Si l’agriculture de précision atteint son plein développement, les producteurs apporteront l’eau, les pesticides et les engrais en fonction des besoins tout au long de la période de culture. La technologie du GPS permettra d’établir des cartes spécifiant la quantité d’intrants nécessaires aux diffé­rents endroits de la parcelle. Le pivot est envisagé pour mettre en œuvre des disposi­tifs d’apports différen­ciés d’eau et de pro­duits chimiques.

Les systèmes de con­trôle sur les pivots deviendront beaucoup plus complexes pour mettre en œuvre les informations données par les cartes pour une gestion différenciée de l’eau, des produits chimiques et des intrants de production.

La technologie du GPS permettra d’établir des cartes spécifiant la quantité d’intrants nécessaires aux diffé­rents endroits de la parcelle. Le pivot est envisagé pour mettre en œuvre des disposi­tifs d’apports différen­ciés d’eau et de pro­duits chimiques.

Les systèmes de contrôle seront également améliorés par l’augmentation du nombre de données disponibles. L’établissement de cartes des apports actuels d’eau, d’engrais et de pesticides et le recueil d’informations sur les pratiques de ges­tion doivent permettre d’écono­mi­ser l’eau et de limiter la pollution.

Les sé­quences de contrôle seront programmées au champ à partir du tableau de contrôle ou au bureau de l’exploi­tation à partir d’un or­dinateur communi­quant les ordres par radio ou par téléphone sans fil. Les télé­phones cellulaires sont déjà capables de com­muniquer avec les pivots pour les surveil­ler et contrôler leur état en temps réel. Il est aussi possible d’utiliser Internet pour surveiller et contrôler un système d’irrigation. En utilisant Internet, un agriculteur a la possibilité de contrôler son système d’irrigation de n’importe où dans le monde.

La technologie des capteurs, com­me la mesure de l’eau du sol ou du stress de la plante, se déve­loppent également. Les capteurs mesurant l’humidité du sol, con­nectés à un programmateur d’ar­rosage, per­mettront au respon­sable de décider de façon opportune du moment et de la quantité d’eau à apporter.

Les dates d’apport et les quantités de fertilisants et de pesticides apportées seront définies par des capteurs placés sur les pivots. Les emplacements caractéristiques dans le champ seront déterminés pour des apports en temps opportun d’eau, d’engrais et de pesticides.

L’agriculture et l’irrigation de préci­sion sont la base de technologies pour la préser­vation de l’environ­nement et la diminution de la pollution.

L’irrigation de précision et le dévelop­pement des pivots vont de pair avec l’adoption par le reste de la société des outils et de la technologie.

En utilisant Internet, un agriculteur a la possibilité de contrôler son système d’irrigation de n’importe où dans le monde.

Une part importante des irriga­tions futures sera due à des exigences sociétales et à des oppor­tu­nités. L’intégration tech­no­lo­­gi­que et la nanotechnologie en sont deux exemples. Des capteurs vraiment très petits me­surent diffé­rents paramètres dans un champ irrigué. Les infor­ma­tions provenant de ces cap­teurs sont lues par un récepteur central placé sur le pivot. Les capteurs sont capables de mesurer les gaz émis par les plantes qui indiquent si elles sont en stress hydrique, en manque d’engrais ou atteintes de maladies. Les plantes émettent différents types de gaz permettant de déter­mi­ner le type de stress correspondant. Il sera possible d’établir en temps réel des cartes indiquant les zones du champ qui souffrent de stress.

Ces cartes pourront être intro­duites dans un système de contrôle et les éléments requis apportés de façon variable par le pivot pour remédier au stress.

La prochaine étape pourrait être la mesure des stress avec interfaçage direct sur le sys­tème de contrôle et apport des éléments requis néces­saires dès que l’information est fournie par le capteur. On peut égale­ment imaginer les nombreux types d’information qui pour­ront être ajoutés à la base de données et qui, après analyse, pourront amé­liorer la prise de décisions.

Une augmentation de la qualité et de la quantité des produits alimentaires est possible avec des coûts de pro­duction plus faibles et des bénéfices régu­liers pour l’agriculteur.

 

Avec les nouvelles techno­logies qui se développent, l’avenir est passionnant. Les chan­gements dans la techno­logie de l’irrigation et l’évolution permanente des systèmes d’irrigation par pivots iront en parallèle et permettront de nouveaux progrès. Le résul­tat : une production de nourriture plus abondante pour une population croissante.