Retourner à la liste

La Réole, ville d'art et d'histoire met l’accent sur l’environnement et les économies d’eau

 

La Réole est un bourg fortifié autour d’un prieuré situé dans l’est du département de la Gironde, sur la Garonne à 62 km au sud-est de Bordeaux. La ville est essentiellement implantée sur la rive droite de la Garonne (nord). Cité fondée en 977, La Réole a une histoire et une culture remarquables par leur richesse et leur diversité. Comme dans la plus grande partie des cantons ruraux d’Aquitaine, le développement démographique du chef-lieu ne suffit pas à équilibrer l’exode des villages voisins. II résulte de cette évolution une perte progressive d’influence économique et politique, au profit de la capitale régionale. Cependant, les infrastructures se modernisent et, malgré le départ du sous-préfet en 1926, le vingtième siècle ne prive pas la Réole de ses atouts d’avenir, particulièrement en ce qui concerne les espaces verts.

 

Le patrimoine de La Réole

 

La ville dispose d’un patrimoine historique particulièrement riche :

- 9 monuments classés historiques,

- 1 site naturel classé,

- 1 ensemble du cœur de ville classé,

- 7 zones archéologiques sensibles,

- 4 espaces boisés classés.

Équipements culturels et de loisirs :

- 1 centre de loisirs,

- 1 bureau d’information jeunesse,

- 1 office de tourisme,

- 1 salle de conférence,

- 1 salle de « l’Amicale laïque », ancien Hôtel de ville : salle d’exposition culturelle,

- 1 camping municipal.

Équipements sportifs : 4 stades,  1 piscine, 1 aéro-club, 1 gymnase municipal, 2 circuits de randonnée, 1 complexe sportif de Lévite, 1 parcours de santé,  1 boucle VTT.

 

La mise en place d’un plan de gestion différenciée

 

L’hyper centre bé­né­ficie d’un entre­tien régulier. En revanche, il a été décidé de moduler les hauteurs de coupes des ton­deu­ses en été sur les massifs du cen­tre ville. Les mas­sifs périphériques sont tondus moins fréquemment, une semaine sur deux ou sur trois suivant la météo, certaines parties de lotis­sements en été sont mises en jachère fleurie (exemple : lotissement du Mirail sud).

 

Les espaces naturels

 

Le service espace vert de la commune entretient le patrimoine arboré de la ville. À cet effet, l’ensemble des agents a reçu des formations sur la taille des arbres, les maladies…

La commune mettra en place à l’automne 2011 un suivi personnalisé pour chaque arbre de la commune. Cette action débutera par un dia­gnostic complet de son patrimoine arboré et sera suivie d’une gestion arbre par arbre.

 

Les espaces boisés classés

 

Quatre espaces boisés classés ont été distingués sur le territoire communal et sont protégés au titre du code de l’urbanisme ; ce sont : le parc du château du Luc, le parc du château des Quatre Sos, le parc de la villa Cante l’Aouset, de l’espace situé au nord de la RD 1113.

 

Classement Natura 2000 - Classement ZNIEFF

 

Quelles sont les inter­ventions sur ces zones et les types de traitement.

Le territoire de la Réole comprend une ZNIEFF de type 1 dénommée « coteaux calcaires de La Réole ». Elle est située à l’Est de la Réole. Elle a une surface totale de 412 ha et se caractérise principalement par des forêts et des friches dotées d’une végétation xérophile dont certaines espèces sont rares au niveau local. Il n’y a pas de trai­tement spécifique de ces zones par les ser­vices de la commune, les zones classées appar­tiennent à des proprié­taires privés.

 

Actions en faveur de la biodiversité

 

La ville a souhaité réaliser le long du par­cours sportif, une zone importante de fau­chage tardif afin de favoriser la biodi­versité. Cet espace, fréquenté par les réolais, a été un sup­port essentiel de la communication et de l’information à destination de la population pour expliquer les enjeux de la biodiversité.

 

Gestion de l’eau

Actions entreprises pour optimiser les réductions de consommation.

 

L’arrosage des massifs et suspensions

 

Mise en place de sondes d’arrosage pour les massifs, gestion informatisée de l’arrosage de l’ensemble des massifs depuis les services techniques. Le boîtier de commande TBOS, associé au solénoïde à impulsion TBOS, est tout particulièrement adapté à l’automatisation?de?sites dépour­vus d’alimentation élec­trique. En espaces verts, les domaines d’application sont variés : ronds-points, jardi­nières isolées, aménagement routier ou autoroutier, micro-irrigation, serres… il permet la fermeture et l’ouverture des vannes équipées de solénoïdes à impulsion TBOS (fournisseur Irrigaronne Marmande 47, le service espace vert a installé l’ensemble du système, et nous avons bénéficié d’une forma­tion de mise en route et d’utilisation du logiciel).

 

Le réseau d’irrigation

 

Arrosage des massifs du pied du château et rue Jacques Terrible, des deux stades par le réseau d’irrigation. L’opération a con­sisté à créer un nouveau réseau d’eau à partir du réseau d’irrigation dès la sortie de la station de pompage du syndicat d’irri­gation de l’ASAH de Loubens sur la commune de la Réole, afin de ne plus utiliser le réseau d’adduction d’eau potable de la ville. De plus le nouveau réseau a permis de renforcer la défense incendie sur toute la zone. Nous avons posé 2,6 km de réseau principal. L’entretien du réseau se fait régulièrement (vérification et nettoyage des filtres dans le local stabilisateur). La formation du personnel s’est faite lors de la réalisation du chan­tier car les services techni­ques ont participé à la construc­tion et la mise en œuvre du réseau. Aujourd’hui aucun incident majeur n’est à déplorer.

 

Les autres types d’arrosage et du nettoyage des voiries communales

 

Arrosage des suspensions par citerne. Le remplissage se fait sur une vanne du réseau d’irrigation. L’arrosage des plants de la serre municipale est réalisé par récupération des eaux pluviales. Mise en place d’un diagnostic d’économie d’eau sur l’ensemble des bâtiments communaux pour la rentrée 2011. La ville de la Réole utilise quotidiennement trois engins pour le nettoyage de ses voiries. L’eau utilisée provient du réseau d’irrigation de la Garonne : 15 m3 par jour sont ainsi économisés. Chaque année, nous consommions environ 5 000 m3 par an et par stade. Depuis 2007, deux stades sont raccordés. Cela correspond à 4 saisons d’arrosage, soit une économie d’environ 40000 m3 rien que pour les stades. Nous avons deux autres stades qui ne sont pas raccordés sur le réseau d’irrigation car sur un point haut de la commune, nous travaillons sur d’autres systèmes pour pourvoir les arroser (récupération des eaux de pluies des toitures du complexe sportif et des tribunes, avec en appoint la récupération des eaux de drainage).